Visite Guidée de l'Eglise Romane de Mont Saint Martin

Sans poubelle

30/08/2018...au soir.

Petit préambule...

Arrivé sur la commune en 2014, souvent je me suis promené autour de cette belle église, presque attiré, fasciné par ses couleurs et ses proportions parfaites, à la porte toujours close, comme pour en préserver le mystère.

Photographe amateur, et curieux de nature, j'ai voulu en savoir plus. Mais malgré l'aide de Google, mes recherches sont restées vaines....aucun site ne lui était consacré!

C'est pourquoi, sans autre prétention que de rassembler et partager avec vous quelques informations et de belles images glanées ici et là, au cours des visites toujours enrichissantes, et aussi parce qu'elle le mérite, ce site a été créé, avec le soutien de quelques autres amoureux de la Vieille Eglise.

Il sera donc à considérer que, bien que documentées, ces informations ne demandent qu'à être certifiées ou infirmées par d'éminents historiens que nous ne sommes pas.

En effet, comme la plupart des édifices dont l'origine remonte aux premiers siècles de l'ère chrétienne, on ne trouve pas ou peu de documents écrits attestant des dates précises quant à la construction et l'évolution du bâtiment.

Mais peu importe! Si lors d'une visite vous succombez comme nous au charme de cette Vieille Dame, alors l'objectif aura été atteint...Vous l'aimerez vous aussi!

Précisons que certains passionnés de vieilles pierres qui contribuent à l'évolution de ce site résident sur la commune, alors que d'autres se trouvent ailleurs en France, et même bien au delà de nos frontières! Séduits eux aussi lors d'une visite des lieux, ils entretiennent ainsi un lien avec ce bel édifice. Pour cela nous les en remercions chaleureusement. Ils se reconnaitront!

Pour information, un site officiel et donc plus "sérieux" devrait bientôt voir le jour. Dès sa mise en ligne, un lien y conduira les admirateurs pointilleux.

Dans cette attente...Souhaitant que vous trouverez ici les informations qui précèdent ou succèderont à votre visite!

 

Ah!....une dernière chose, si la visite vous a plu, ici pas de  Pouce ... un message sur le livre d'or suffira.  

 

Separateur jaune

 

PRESENTATION DES LIEUX

 
Depuis presque un millénaire, l'église romane de Mont Saint Martin découpe sur le ciel de Lorraine sa silhouette harmonieuse aux proportions parfaites et aux couleurs chatoyantes.
Bâtie sur une éminence, elle domine les 3 frontières, la Belgique et le Luxembourg étant à ses pieds.
 
Le chemin pour y accéder n'est pas des plus faciles.
Pourtant, la petite église vaut le détour et une fois arrivé, le pèlerin est récompensé de ses efforts, et la visite peut commencer!
La nef est éclairée par une rosace dont la sobriété en fait le raffinement, tandis que des fenêtres hautes en plein cintre filtrent la lumière du jour au travers des vitraux pour éclairer les bas-côtés.
 
Le choeur est décoré par des fresques du XVe (* ou peut-être même du XIIIe siècle, d'après certains experts, locaux...mais restons circonspects!!!) représentant l'Annonciation, la Charité de Saint Martin de Tours (aussi appelé Saint Martin des Champs) partageant son manteau et d'autres saints évêques locaux très attachés à l'histoire de la Lorraine.
 

A l'issue de plusieurs campagnes de restauration qui se sont succédées entre 2007 et 2012, l'église a retrouvé son éclat du passé et accueille tout au long de l'année diverses manifestations culturelles ainsi que des expositions artistiques, concerts de musique profane et sacrée, le point d'orgue étant la Fête Médiévale  le 3e dimanche de septembre, à l'occasion des Journées Nationales du Patrimoine.

*...Entre le 30-08 et le 21/09/2018, l'info est confirmée, à priori les fresques dateraient bien du XVe siècle,

comme quoi mesdames (vous vous reconnaitrez)...il ne faut jurer de rien!

 

OUVERTURE AU PUBLIC, DE MI-AVRIL A MI-SEPTEMBRE

Les samedis et dimanches de 15h à 18h

 

Visites  sur demande, contactez la mairie, ou appelez le +333-82-25-23-70, horaires bureaux.

 

Eglise1

Octobre 2018

Le bel automne est arrivé, qui sonne le glas de la saison des visites de la vieille église.

Bientôt Décembre sera là, avec son petit soleil pâle et tondu comme un moine; faisant office de cantonnier nocturne,

il brulera les herbes folles, dégageant le pied de ses vieux murs.

Marron glace

A bientôt nous revoir sur les pentes de ce coteau!

Moine

 

 

A lire......pour les curieux:

MYSTERES ET SECRETS DES BATISSEURS D'EGLISE

A PROPOS DU VIEUX TILLEUL

A voir...

CARNAVAL VENITIEN

 

 

* * * * * * * Cliquez ICI....Petite astuce pour les visiteurs du site * * * * * * *

 

 

Separateur jaune

 

 
 
 
 
 
 

Extrait des Albums (menu horizontal en haut de page)

Haut de Page

MYSTERES ET SECRETS DES BATISSEURS D'EGLISE

"Toutes nos églises romanes ont été édifiées sur les emplacements d'anciens lieux de culte gaulois, donc soumis aux mêmes influences telluriques et cosmiques.

Des lieux de mystère où déjà à l'époque druidique, des hommes et des femmes venaient pratiquer leur culte et communier avec le divin.
L'art et la science des bâtisseurs ont fait de ces églises des lieux sacrés par excellence.

Des lieux où tout contribue à la réalisation en ce monde du mystère de l'incarnation."

 

Quand se trouvant au fond de la nef d'une église romane et que du milieu de l'allée centrale, on regarde devant soi, l'œil est attiré par un point situé dans le chœur, juste au-dessus de l'autel.


Ce point focalise notre attention car c'est vers lui que convergent toutes les lignes de fuite de l'architecture intérieure de l'édifice.
Ce point purement imaginaire résulte, nous disent les savants, d'un effet de perspective mais il correspond bien à l'idée que notre mental peut se faire de l'infini, cet infini auquel inconsciemment tout homme aspire et vers lequel on peut diriger ses pas.


Jusqu'à la hauteur de la quatrième arcade, rien ne vient perturber notre marche vers la lumière.

Au quatrième pilier, les choses ont tendance à se modifier, quelque chose se passe qui agit sur notre psychisme.

...C'est à cet endroit que généralement les visiteurs, inconsciemment, font halte. A la croisée du transept.

 

A partir de là, nous constatons que notre vision des lieux et notre conception des choses commencent à s'élargir.

De nouvelles perspectives totalement imprévues se dévoilent à nos yeux et de nouveaux points de repère s'imposent à notre esprit.
Et puis, brusquement, au moment précis où l'on arrive au milieu du transept, sous la coupole, à l'endroit que les bâtisseurs nommaient le Cardo (le gond), tout bascule.

... à suivre...

 

Plan eglise

MYSTERES ET SECRETS DES BATISSEURS D'EGLISE (SUITE)

...

Il se produit alors un renversement total des perspectives.

Les lignes de fuite ont disparu.

Toutes les lignes architecturales de l’église convergent sur nous-mêmes et nous pénètrent.
C’est une véritable conversion, dans toutes les acceptions du terme.
L'infini n'est plus un point imaginaire situé quelque part sur la ligne d'horizon, vers un au-delà pratiquement inaccessible.

L'infini est en nous. C'est en nous-mêmes que se situe le lieu géométrique d'unification de cette construction sacrée.

 

Le centre de la croix tridimensionnelle invisible, autour de laquelle s'édifie cette architecture est en nous.

Nous sommes intégrés à la construction pour devenir nous aussi une demeure de Dieu dans l'esprit.

Tel est le message spirituel légué par les bâtisseurs d'églises du Moyen-âge : c’est du cœur des êtres qu’émanent et rayonnent indéfiniment les reflets de l'énergie divine qui créé, soutient et anime sans cesse l'univers.                       
 

Les œuvres d'art, particulièrement de l'Art Roman, n'ont pas de significations littérales ou objectives. Elles ne sont que les expressions symboliques et subjectives des sentiments et de la pensée de ceux qui les ont réalisées, ce qui ne les empêche pas d'exprimer des réalités qui répondent encore aux multiples aspirations spirituelles des hommes d'aujourd'hui.
En elles se réunissent toujours le ciel et la terre, la matière et l'esprit, la nature et la culture, le réel et le rêve, l'inconscient et la conscience, par qui les choses sont.

 

Loin de moi l'idée de m'engager dans un discours métaphysique, mais juste stimuler une réflexion.

Considérant le tronc commun aux spiritualités les plus répandues que sont l'hindouisme, le boudhisme et même le taoisme, qui prônent plus ou moins les mêmes valeurs que le christianisme, avec entre autre, l'abandon de son égo (dans un espace temporel, la vraie Vie, avec un début, un milieu et une Fin) pour accéder à un autre plan de conscience (spirituel) , condition sine qua non permettant d'atteindre cet état d'extase et de béatitude (voir les représentations de Bouddha et des saints canoniques).

Il semblerait que le message des évangiles, (très confus car il a d'abord été traduit de l'araméen en grec ancien, puis en latin, avant de nous parvenir en format poche) cherche à nous donner les clés pour y accéder.

Mais les métaphores et paraboles qui sont utilisées, afin de généraliser au mieux le concept, sont loin d'être abordables et absorbables  par le commun des mortels; disons le....on s'ennuie ferme le dimanche à l'église!

Le rituel de célébration des messes, bien que périodiquement réformé, étant codifié depuis le XVIe siècle ne fait rien pour améliorer les choses.

Aussi,  il se pourrait qu'à la lecture de ce texte, on puisse envisager d'une certaine façon que les bâtisseurs de cette époque aient tenté de mieux faire ressentir aux non-initiés, d'une  manière plus vicérale, cet éveil spirituel qui mène à la vie éternelle, puisque intemporelle, ce concept du Royaume de Dieu... qui est en chacun de nous, pour reprendre la réponse de Jésus aux pharisiens.(St Luc, Chapitre XVII vers.21)

Enfin moi je dis ça....

 

Puisse cet article sur les «Mytères de l'Art Roman » permettre aux lecteurs une autre perception de ces choses, pour mieux cerner les dimensions symboliques de son architecture et d'en découvrir les vraies valeurs.

Date de dernière mise à jour : 09/06/2019