Hand

L'ensemble AD LIBITUM Musique de Chambre

Concert donné par l’ensemble AD LIBITUM et organisé par l’association des Amis de l’église Romane

et l’association des Amis de l’orgue.

L’ensemble interprétera une version des musiques de François Couperin, version pour deux soprani,

viole de gambe et orgue.

 

Couperin f 2

 

Né à Paris le 10 novembre 1668, mort à Paris le 11 septembre 1733.

Il étudie la musique dans le cadre familial, puis avec Jacques Thomelin organiste du roi.

À 17 ans, en 1685, il reprend, pour une rémunération de 300 livres par an, le poste qui lui est réservé à l'orgue de Saint-Gervais, après un intérim de Michel Richard De Lalande. Son oncle Louis, puis son père, de 1661 à 1679 y ont tenu le poste.

En 1689 il épouse Marie-Anne Ansault. Ils ont cinq enfants : Marie-Madeleine, connue aussi comme Marie-Cécile, nonne, peut être organiste, baptisée le 11 mars 1690 à Paris et décédée à Maubuisson le 16 avril 1742 ; Marguerite-Antoinette ; François-Laurent, né avant 1708 et mort après 1735 ; Nicolas-Louis, baptisé à Paris le 26 juillet 1707, certainement mort en bas âge. Un autre enfant, François, décède à Saint-Leu en 1692. Dans le contrat de mariage il porte le titre de Sieur de Crouilly.

En 1690 il obtient un privilège pour ses Pièces d'orgue consistantes en deux messes (sur l'intervention de De Lalande). En 1693 il est organiste à la chapelle de Louis XIV pour le quartier de janvier. Il Enseigne le Clavecin au duc de Bourgogne et à nombre de princesses.

En 1696 il possède ses armoiries. En 1697, il quitte son logement de fonction de Saint-Gervais pour la rue Saint-François. En 1702 il est fait chevalier de l'ordre de Latran.

Sous la Régence, il est en 1717 ordinaire de la musique pour le clavecin (à la suite de d'Anglebert).

En 1723 il laisse l'orgue de Saint-Gervais à son cousin Nicolas Couperin. En 1730 il cède sa place d'organiste du roi à Guillaume Marchand et sa fille Marguerite-Antoinette hérite de sa charge d'ordinaire du roi pour le clavecin.

 

Separateur bleu

 

François apprend la musique auprès de son père avant même de savoir lire et écrire. Il ne fait pas d'études générales et ses écrits sont d'un style et d'une orthographe qui laissent beaucoup à désirer. Orphelin de bonne heure, il est déjà suffisamment doué pour qu'on lui assure la transmission de la charge de titulaire de son père à l'orgue de Saint-Gervais (dite aussi survivance), en la confiant temporairement à Michel-Richard de Lalande jusqu'à ce que le garçon ait l'âge et l'expérience requis.

Il se perfectionne auprès de Jacques Thomelin, organiste de Saint-Jacques la Boucherie et, surtout, l'un des quatre titulaires de l'orgue de la Chapelle royale. C'est probablement par l'entremise de Lalande et de Buterne qu'il entre au service de Louis XIV.

Ses qualités de musicien le font hautement apprécier du souverain, et il est nommé l'un des quatre organistes (par quartier) de la Chapelle royale. Mais Couperin n'obtiendra jamais le poste de claveciniste du roi, que son talent aurait pu lui assurer. Ainsi, à la mort de Jean-Henri d'Anglebert c'est le fils de ce dernier, pourtant piètre musicien, qui en conserve la charge.

De santé fragile et de caractère peu mondain, Couperin mène une honnête carrière de musicien et de professeur, apprécié cependant des grands, aux yeux desquels seul Louis Marchand est de taille à rivaliser avec lui. Peu d'événements de sa vie personnelle sont notables, si ce n'est la disparition d'un de ses fils François-Laurent qui quitte le domicile paternel sans presque jamais y revenir. Ses deux filles sont elles-mêmes des musiciennes accomplies : Marie-Madeleine (1690-1742) a été religieuse et organiste à l'abbaye de Maubuisson, tandis que Marguerite-Antoinette (1705-1778) est devenue claveciniste de la Chambre du Roi. Vers la fin de sa vie, il abandonne progressivement ses diverses charges, notamment à la Chapelle royale et sa tribune à l'orgue de Saint-Gervais.

  • Mairie MSM

MUSIQUE BAROQUE Musique de Chambre Musique Profane

Église romane Place du Prieuré Cité du Prieuré, 54350 Mont-Saint-Martin